Retarder ses règles

Comment retarder ses règles et déterminer combien de temps elles durent ?

Retarder ses règles

Vacances, mariage ou événement sportif, parfois les règles sont plus gênantes à certains moments qu’à d’autres, alors est-il possible de décaler ses règles ? Et est-ce sans risque pour la santé ?

Comment retarder ou décaler ses règles, sous pilule, anneau contraceptif ou patch ?

Il est assez facile de maîtriser vos périodes de règles si vous prenez déjà une contraception hormonale comme la pilule.
Vous pouvez avancer vos règles après un minimum de 14 jours de prise consécutive de votre pilule ou de votre contraceptif hormonal. Après 14 jours de régularité, vous êtes protégée et pouvez choisir de passer à votre période de règles qui surviennent pendant l'arret de 7 jours (pour le patch, l’anneau et les pilules 21+7) ou de 4 jours pour Melodia®, suite à laquelle vous commencerez une nouvelle plaquette. Si vous souhaitez plutôt retarder vos règles, ce qui est plus simple pour éviter de gâcher une partie de votre plaquette de pilule ou de votre contraceptif, vous pouvez enchaîner avec une nouvelle plaquette, anneau ou patch sans observer d’interruption (si votre plaquette de pilule a des comprimés inactifs pour les 7 derniers jours, il faut alors ne pas les prendre).

Comment puis-je changer le jour où mes règles commencent ?

Pour modifier le premier jour de vos règles lorsque vous prenez la pilule ou un contraceptif hormonal, vous pouvez changer facilement, en recommençant une nouvelle plaquette ou en replaçant un anneau ou patch avant le 7ème jour d’arrêt (4eme pour Mélodia) durant lesquels vous avez habituellement vos règles. Par exemple, si la troisième semaine de prise de votre contraceptif se termine un dimanche et que vous devriez reprendre un dimanche après 7 jours d’arrêt, vous pouvez reprendre le jeudi pour que lors du cycle suivant, vos arrêts et reprise de contraceptifs soient basés sur des jeudis.

ATTENTION : **si vous pouvez recommencer une plaquette plus tôt que prévu, l’inverse est faux : ne commencez pas une plaquette plus tard que le 7ème jour d’arrêt (ou 4eme pour Melodia) suivant la précédente ou l’effet contraceptif ne serait plus assuré et devrait être complété par une contraception mécanique durant au moins 7 jours. **

Si vous prenez Seasonique®, vous ne devriez pas enchaîner sur un nouveau cycle sans en parler à votre médecin.
Si vous prenez Qlaira® ou une pilule séquentielle, vous pouvez enchaîner deux plaquettes mais vous ne devriez pas décaler vos règles de quelques jours seulement car il devient très difficile de s’y retrouver.

J'utilise NuvaRing®. Comment puis-je retarder, stopper ou décaler mes règles ?

Avec le NuvaRing, il est simple d’agir sur les périodes de règles, c’est sans risque pour la santé. Habituellement, votre anneau contraceptif est enlevé après trois semaines. Une pause de sept jours est préconisée pour laisser les règles survenir, puis le 7ème jour, un nouvel anneau vaginal est inséré. Afin de retarder le saignement, il est possible d’enchaîner deux anneaux successifs ou de décaler les règles en en remettant un avant la fin de la période d’arrêt de 7 jours. Si vous enchaînez deux anneaux, vous ne devriez pas avoir de règles pendant 6 semaines (3 semaines avec le premier anneau, 3 semaines avec le deuxième), mais de légères traces de sang ou “spotting” peuvent apparaître. Dans ce cas précis, vous pouvez choisir d’enlever le deuxième anneau avant la fin de la 3eme semaine si vous ne souhaitez pas attendre 6 semaines pour avoir vos règles. Si vous raccourcissez la période d’arrêt de 7 jours, le jour où vous mettrez et enlèverez votre anneau sera alors décalé pour les cycles suivants.
Ne dépassez jamais 7 jours d’arrêt ou l’effet contraceptif de NuvaRing® n’est plus garanti et devra s’accompagner d’une contraception mécanique durant les 7 premiers jours au moins de port de l’anneau.
Si vous utilisez Nuvaring® pour un cycle long, volontairement sans règles, parlez-en à votre médecin.

Je n’utilise pas de contraception hormonale ; puis-je décaler mes règles quand même ?

A la différence des traitements qui existent dans d'autres pays d'Europe comme la noréthistérone, il n'y a pas en France de médicament autorisé pour cette indication précise. Si vous ne prenez pas de contraception hormonale, il n’est donc pas possible de retarder vos règles avec les traitements disponibles sur le marché actuellement.

Avantages et inconvénients du décalage des règles

Avantages

  • L’avantage de décaler ses règles est bien sûr dans la flexibilité, la liberté et la possibilité de gérer son calendrier pour les femmes. C’est plus de confort quand les règles tombent vraiment mal.
  • En particulier, le cycle prolongé peut aider les femmes qui souffrent de sévères maux de ventre liés aux règles à avoir des règles non pas tous les mois, mais seulement une fois tous les trois mois. Le cycle prolongé sera souvent privilégié pour les femmes qui souffrent d’endométriose notamment.
    Idem pour les femmes qui souffrent au début des règles de migraines, sautes d'humeur ou de sensibilité des seins, il est agréable de pouvoir espacer et gérer ses périodes de règles.

Inconvénients

  • spotting et saignements : c’est un effet secondaire fréquent qui peut se produire lorsque vous décalez vos règles.
  • Nausées, étourdissements, vomissements et maux de tête peuvent également se produire mais c’est rare, le retard des menstruations avec la pilule ou un contraceptif hormonal est généralement bien toléré.
  • Avancer la date de ses règles peut avoir un impact économique puisque cela nécessite d’entamer un nouveau cycle de contraceptif sans avoir nécessairement terminé le précédent.

Combien de fois puis-je décaler mes règles sans risque pour ma santé ?

L’irrégularité n’est pas idéale pour votre corps donc décaler oui, mais soit occasionnellement, soit pour un cycle long de 6 à 9 semaines. Discutez de l'option long terme avec votre médecin si vous souhaitez l’adopter.

Consultation médicale contraception et délivrance d'ordonnance pilule, patch ou anneau sur Zava, par nos médecins habilités

Article publié le 14/10/2016
Revu par le Dr Sophie Albe-Ly le 14/10/2016