Votre ordonnance en 3h
Un service sûr, légal et sécurisé
Consultation médicale sans face-à-face
2 millions de consultations réalisées

Vaginose bactérienne

Consultation et ordonnance en ligne pour le traitement de la vaginose

25 Consultation médicale

Si vous avez des pertes inhabituelles et/ou pensez avoir une vaginose bactérienne, nos médecins peuvent émettre une ordonnance en ligne si nécessaire, pour traiter ce type d’affection.
Vous remplissez un questionnaire de santé en ligne, suite à quoi un de nos médecins étudie votre demande et peut émettre conseils, diagnostic et ordonnance si nécessaire dans le strict respect de votre confidentialité. Cette ordonnance peut vous parvenir à domicile ou à la pharmacie de votre choix en 2 à 3h ouvrées si vous avez besoin de votre traitement rapidement.

Si le médecin n’a pas les éléments nécessaires pour réaliser une téléconsultation, celle-ci vous sera intégralement remboursée.

Comment ça marche?
1

Vous remplissez un questionnaire médical

2

Un médecin revoit le questionnaire

3

Si un traitement est nécessaire, vous recevez une ordonnance dans la pharmacie de votre choix ou à votre domicile

Vos médecins
Dr Sophie Albe-Ly

Médecin généraliste

Qu’est-ce que la vaginose bactérienne ?

La vaginose bactérienne, qu’on appelle parfois encore vaginite non spécifique, est une affection du vagin. Le terme de vaginite n’est en fait pas exact car il signifie “inflammation du vagin”, ce qui n’est pas le cas dans la vaginose bactérienne. Concrètement, une vaginose bactérienne correspond à un déséquilibre de la flore bactérienne du vagin, sans qu’il y ait d’inflammation.
Cette affection est bénigne la plupart du temps mais peut avoir des conséquences chez la femme enceinte. Il convient donc de la diagnostiquer au plus tôt si vous attendez un bébé. Pour les autres, bien qu’elle soit sans gravité, elle peut néanmoins s’avérer gênante, notamment à cause des pertes malodorantes inhabituelles, et peut également augmenter vos chances de contracter des infections sexuellement transmissibles (IST).

La vaginose se diagnostique par auto-test vendu en pharmacie, ou grâce à l’interrogatoire médical réalisé par votre médecin. S’en suit un traitement antibiotique de généralement 7 jours, mais il existe également un traitement monodose. Il faudra cependant prendre quelques précautions décrites ci-dessous pour éviter les vaginoses à répétition.

Quelles sont les causes d’une vaginose bactérienne ?

La vaginose bactérienne est très fréquente : elle touche un tiers des femmes au cours de leur vie et dans plus de la moitié des cas est asymptomatique. C’est la cause la plus fréquente de pertes vaginales inhabituelles.

Elle correspond à la disparition des bactéries protectrices appelées lactobacilles, au profit d’une prolifération des germes capables de se développer sans oxygène (anaérobies), normalement présents mais en beaucoup plus faible quantité, tels que Gardnerella vaginalis ou Atopobium vaginae au sein de la flore vaginale.
Ce déséquilibre peut intervenir pour différentes raisons (Cf. facteurs favorisant l’apparition d’une vaginose bactérienne ci-dessous), mais n’est pas lié à l’intervention d’une bactérie extérieure ou d’un virus. Dans tous les cas, il entraîne une élévation du pH du vagin (plus basique), et l’enjeu du traitement va être de rétablir l’équilibre de la flore bactérienne.

Quels sont les symptômes d’une vaginose ?

Une vaginose se caractérise le plus souvent par des pertes vaginales - également appelées leucorrhées - inhabituelles qui sont homogènes, grisâtres, ou blanchâtres et généralement malodorantes.

Comment diagnostiquer une vaginose bactérienne ?

La vaginose bactérienne, peut n’entraîner aucun symptôme mais lorsqu’elle en cause, elle se manifeste alors par l’apparition des pertes décrites ci-dessus.
De ce fait, en l’absence de symptômes, c’est le plus souvent un test biologique qui permettra de l’identifier. Ce test peut être réalisé en laboratoire ou à la maison grâce aux auto-tests vendus en pharmacie. Ces auto-tests ne nécessitent pas d’ordonnance.
La vaginose peut parfois se guérir spontanément sans qu'aucun traitement ne soit utilisé. Cependant, les femmes présentant des symptômes ont la possibilité de suivre un traitement.
Il est recommandé de faire un dépistage pour la vaginose bactérienne en début de grossesse, ou lorsqu’une grossesse est envisagée si vous avez déjà eu des épisodes de vaginose bactérienne. En effet, une vaginose bactérienne lorsqu’on est enceinte peut avoir des conséquences sur la grossesse. Parlez-en à votre médecin.
Le diagnostic s’effectue par l’examen direct d’un frottis vaginal après coloration de Gram. À partir de là est établi le score de Nugent qui, en étudiant la présence des lactobacilles, de certains germes anaérobies et de Gardnerella, permet d’évaluer l’écosystème bactérien vaginal.

Qu’est ce qui peut favoriser l’apparition d’une vaginose bactérienne ?

Les facteurs favorisants suivants augmentent le risque de développer une vaginose bactérienne :

  • Un excès d’hygiène (bains, savons parfumés, déodorant et douches vaginales) ou, à l’inverse, une hygiène vaginale défectueuse. En effet, les deux sont susceptibles de perturber la flore bactérienne.
  • La prise d’un traitement antibiotique qui, en luttant contre certaines bactéries, altère la qualité de la flore bactérienne pendant la période du traitement.
  • Les changements hormonaux pendant les règles
  • Le tabagisme
  • L’utilisation du stérilet
  • La fréquence des rapports sexuels et la présence de sperme dans le vagin après un rapport non-protégé.

Vaginose bactérienne à répétition comment l’éviter ?

On parle de vaginose récurrente lorsque la recolonisation des lactobacilles protectrices ne s’est pas produite au sein de la flore vaginale.
Pour éviter les récidives, la restitution et le maintien d’une flore vaginale équilibrée sont essentiels. Pour ce faire, il est importants de suivre de bonnes habitudes (Cf. facteurs favorisants cités plus haut - Qu’est ce qui peut favoriser l’apparition d’une vaginose bactérienne ?). En effet, trois mois plus tard, 80 % des femmes atteintes ont eu une deuxième vaginose.

Pour bien se soigner, il est essentiel d’appliquer les conseils suivants :
Bien veiller à prendre vos antibiotiques tous les jours pendant toute la durée indiquée par votre médecin, et ce même si les symptômes se sont dissipés. En effet, si vous arrêtez trop tôt, vos chances de récidive sont plus élevées.

  • Éviter de fréquenter les piscines chlorées juste après le traitement, le temps de laisser la flore se reconstituer.
  • Éviter la pratique de certains sports comme le cyclisme pouvant provoquer des frottements suscitant la transpiration et la macération au sein de la région génitale.
  • Opérer si possible une période d’abstinence pour favoriser la rémission ou limiter la fréquence des rapports sexuels avec port de préservatif a minima.
  • Intégrer un savon au pH neutre dans sa routine de toilette intime

Si malgré tous ces conseils, vous souffrez de vaginose de façon récurrente, votre médecin peut vous conseiller, en plus des traitements antibiotiques classiques, des traitements de type prébiotiques ou probiotiques, à prendre sous forme de cure, visant à limiter une nouvelle prolifération des germes responsables de la vaginose et ainsi rétablir l’équilibre naturel de la flore. Parlez-en à votre médecin.

Quelles contre-indications pour les traitements de la vaginose ?

Il déconseillé de prendre de l’alcool pendant le traitement.

Il ne faut pas non plus utiliser le Flagyl® et le Secnol® en début de grossesse. Une consultation physique avec votre médecin traitant ou gynécologue est nécessaire si vous avez une vaginose alors que vous êtes enceinte. Il vous sera alors prescrit le traitement le plus adapté et vous bénéficierez de la surveillance nécessaire pour votre grossesse.

L’infection à Gardnerella est traitée avec un court traitement antibiotique. Il existe deux types d’antibiotiques indiqués dans le traitement de la vaginose bactérienne :

  • Le métronidazole, commercialisé sous le nom de Flagyl®
  • Le Secnidazole, commercialisé sous le nom de Secnol®

Le Flagyl® existe sous forme de comprimés à avaler avec un verre d’eau ou d’ovules à insérer dans le vagin. La durée du traitement par Flagyl® recommandée pour soigner une vaginose bactérienne est généralement de 7 jours, qu’il s’agisse d’un ovule par jour ou de deux comprimés oraux.

Le Secnol® quant à lui se présente sous forme d’un sachet monodose à dissoudre dans l’eau ou dans un yaourt, une compote.

Ces traitements antibiotiques de la vaginose sont uniquement disponibles sur ordonnance.

Ces médicaments peuvent engendrer des effets indésirables, les plus fréquents sont :

  • nausée, vomissements
  • douleurs à l'estomac
  • troubles du goût
  • inflammation de la bouche
  • inflammation de la langue

La Vaginose bactérienne à Gardnerella est une Maladie Sexuellement Transmissible (MST)

Faux. La vaginose n’est pas une Maladie Sexuellement Transmissible (MST) ou Infection sexuellement Transmissible (IST). Cependant le lien avec l’activité sexuelle est bien établi : les femmes qui sont sexuellement actives, ont récemment changé de partenaire ou ont plusieurs partenaires ont plus de risque d’avoir une vaginose bactérienne, y compris en cas de rapports homosexuels. De plus, en cas de vaginose récurrente, le traitement du/de la partenaire pourra être discuté, une fois que l’absence d’IST aura été confirmée.
Par ailleurs, la vaginose bactérienne augmente le risque de contracter et transmettre les Infections Sexuellement Transmissibles, y compris le VIH, si elle n'est pas traitée.
Enfin, plusieurs IST, y compris la chlamydiose et la gonorrhée, peuvent causer des symptômes très similaires à ceux de la vaginose bactérienne.
Si vous avez eu des relations sexuelles non protégées avec un nouveau partenaire ou plusieurs partenaires, réaliser un test de dépistage est le meilleur réflexe pour sa santé et celle des autres.

La vaginose à Gardnerella est la même chose que la trichonomase.

Faux. L’infection à Trichonomas est une Infection Sexuellement Transmissible alors que la vaginose ne l’est pas.
De plus, leur symptômes sont différents : la trichonomase peut elle aussi être asymptomatique, mais en cas de symptômes les pertes sont différentes (mousseuses et verdâtres/grisâtres). Des démangeaisons vulvaires et des brûlures lors de la miction sont aussi possibles.

Une vaginose peut elle disparaître spontanément, sans traitement ?

Vrai. Une vaginose peut se résoudre d’elle même sans recourir à un traitement puisque la flore vaginale peut se rééquilibrer spontanément. Cependant, si les symptômes persistent, il est conseillé de suivre un traitement.

Je n’ai pas besoin d’une prescription pour obtenir un traitement de la vaginose.

Faux.** Il n’existe pas de traitement antibiotique sans ordonnance pour traitement de la vaginose. **Votre médecin généraliste ou gynécologue, tout comme les médecins de Zava, peuvent vous prescrire une ordonnance après le diagnostic rendu.

Les traitements antibiotiques ne garantissent pas l’absence de récidive.

Vrai.Les traitements antibiotiques à court terme n’empêchent pas les récidives. Une des principales raisons de vaginoses à répétition est une mauvaise reconstitution de la flore bactérienne vaginale. En effet, les agents infectieux responsables de la vaginose bactérienne (Gardnerella vaginalis et Atopobium vaginae) peuvent produire des biofilms qui les protègent de l'action des antibiotiques. En cas de vaginose récurrente, il peut donc être utile d’associer au traitement antibiotique un traitement visant à restaurer la flore vaginale, comme des prébiotiques, qui créent un climat propice à l’implantation des lactobacilles, ou des probiotiques, composés de lactobacilles “de remplacement” qui peuvent perturber les biofilms des bactéries en cause et vont aider à la recolonisation de la région vaginale défaillante.

Il est bon de se laver après chaque rapport.

Vrai, mais, un excès d’hygiène peut fragiliser l’équilibre de la flore vaginale. Se laver une fois par jour est suffisant. Veillez cependant à utiliser un savon sans parfum, à pH neutre et ne nettoyer que la vulve. Il est en effet inutile de laver l’intérieur du vagin.

Ce service n'est pas un service d'urgence. En cas d'urgence médicale, composez le 15 (SAMU).

Sources

Allsworth JE, Peipert JF. Prevalence of bacterial vaginosis. Obstet Gynecol 2007; 109 (1): 114-20.

Amsel R, Totten PA, Spiegel CA et Als. Nonspecific vaginitis. Diagnostic criteria and microbial and epidemiologic associations [archive], Am. J. Med., 1983;74:14-22

Hay P.and al. Recurrent bacterial vaginosis.Curr Infect Dis Rep 2000; 2: 506-512. doi: 10.1097/QCO.0b013e32832180c6

BOHBOT J.-M., Extrait des Mises à jour en Gynécologie Médicale – Volume 2007 publié le 12.12.2007, disponible sur
http://www.cngof.asso.fr/d_livres/2007_GM_141_bohbot.pdf
MENARD P., Vaginose bactérienne et pathologie obstétricale, Disponible sur http://gapext.chru-lille.fr/fichiers/717/Articles%20en%20lien%20avec%20la%20vaginose%20/Menard_2012.pdf, document PDF.
Ardolino L., Rimbault F., Bretelle F., Une nouvelle approche dans la prévention des récidives de vaginose bactérienne, disponible sur http://www.revuegenesis.fr/?p=2686
INPES, Repères pour votre pratique - Depistage du VIH et des IST, http://inpes.santepubliquefrance.fr/CFESBases/catalogue/pdf/829.pdf, document PDF, actualisation novembre 2007.

Bacterial vaginosis, Melissa Conrad Stöppler, medical editor: William C. Shiel Jr., MD, FACP, FACR. Site: http://www.medicinenet.com/bacterial_vaginosis/article.htm

Ameli, Comprendre la vaginite,
https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/vaginite/definition-symptomes-facteurs-favorisants
Dr. Nicolas Evrard, http://www.onmeda.fr/maladies/vulvite.html

Publié le 29/09/2017
Revu par le Dr Sophie Albe-Ly le 29/09/2017

Consultation et ordonnance en ligne pour le traitement de la vaginose

25 Consultation médicale