Votre ordonnance en 3h
Un service sûr, légal et sécurisé
Consultation médicale sans face-à-face
2 millions de consultations réalisées

Hirsutisme

Obtenir un traitement contre l'hirsutisme

25 Consultation médicale et ordonnance éventuelle

L’hirsutisme désigne une hyperpilosité de type masculine chez la femme. Cela se traduit par l’apparition de poils drus sur des zones normalement imberbes ou peu poilues. Si vous pensez être sujette à ce type de pilosité excessive, notre équipe de médecins en ligne peut faire un diagnostic et vous prescrire un traitement adapté.

La consultation est rapide, en ligne et confidentielle : vous remplissez un questionnaire médical, un médecin étudiera votre demande et sera en mesure de vous faire parvenir une ordonnance si cela est nécessaire. Celle-ci vous sera envoyée à domicile ou directement expédiée à la pharmacie de votre choix sous trois heures ouvrées.

Comment ça marche?
1

Vous remplissez un questionnaire médical

2

Un médecin revoit le questionnaire

3

Si un traitement est nécessaire, vous recevez une ordonnance dans la pharmacie de votre choix ou à votre domicile

Vos médecins
Dr Sophie Albe-Ly

Médecin généraliste

Qu’est-ce que l’hirsutisme ? Comment savoir si l’on en est atteinte ?

L’hirsutisme se caractérise par des poils épais et drus chez la femme sur des zones où les poils sont normalement minimes ou inexistants : le visage, le cou et la poitrine, le dos et les épaules, le ventre…

L’hirsutisme se déclenche le plus souvent lors de la puberté mais peut également survenir plus tard dans la vie d’une femme.

C’est un phénomène relativement courant qui touche entre 5 et 15% des femmes

L’hirsutisme peut être plus ou moins visible. Les cas très avancés restent rares - on parlait autrefois de “femmes à barbe”.

Hirsutisme et pilosité abondante ne doivent pas être confondus. La différence réside dans l’aspect des poils : rattachés à de l’hirsutisme, ils sont très fournis, durs et épais. On les appelles “poils testoïdes” et ils sont normalement typiquement masculins (barbe). Et contrairement à une “simple” pilosité importante, l’hirsutisme se manifeste sur des zones qui sont normalement relativement lisses ou peu poilues.

Il faut également distinguer l’hirsutisme de l’hypertrichose, qui correspond à une pilosité excessive au sens plus large du terme (pilosité envahissante et anormalement dense). Contrairement à l’hirsutisme, l’hypertrichose peut toucher aussi bien l’homme que la femme et apparaît sur des zones qui sont naturellement poilues, qu’il s’agisse d’une partie du corps ou sa totalité.
L’hypertrichose peut apparaître dès la naissance, ce qui est extrêmement rare, ou être causée par la prise de certains médicaments.

Quels facteurs peuvent provoquer de l’hirsutisme chez la femme?

  • Déséquilibre hormonal
    En règle générale, l’hirsutisme est provoqué par une production excessive d’hormones masculines (les hormones dites androgènes, telle que la testostérone).
    Cela peut notamment arriver durant la ménopause, certaines femmes constatent l’apparition de poils sur leur corps (notamment sur le menton et au niveau de la moustache) durant cette période.
    L’utilisation d’un contraceptif hormonal peut également avoir cet effet secondaire.
    De même, l’obésité augmente le risque d’hirsutisme car elle renforce la résistance à l'insuline, ce qui entraîne une excès de production d’hormones androgènes chez les femmes obèses.
    Lorsqu’il atteint un stade avancé, ce phénomène appelé “hyperandrogénie” peut provoquer d’autres signes d’une masculinisation du corps féminin : troubles cutanés (acné et production excessive de sébum), troubles des règles et de l’ovulation, calvitie, développement de la musculature et d’une voix grave, atrophie du clitoris…
    On parle alors de virilisme. En tel cas, il convient d’effectuer un bilan hormonal.

  • Hérédité et génétique
    Certaines femmes sont prédisposées à une pilosité importante pour des raisons génétiques.
    L’hirsutisme est souvent héréditaire et les antécédents familiaux sont l’une des premières pistes vers lesquelles se tourner dans le cadre d’un diagnostic.

  • Cause médicamenteuse
    Tout comme l’hypertrichose, l’hirsutisme peut être occasionné par un traitement médical. Stéroïdes anabolisants, danazol, métoclopramide, méthyldopa, valproate de sodium, phénothiazines, réserpine, progestatifs androgéniques, DHEA et testostérone peuvent ainsi être cause d’hirsutisme. Dans ce cas, l’hyperpilosité disparaît généralement en quelques mois à la suite de l’arrêt du traitement.

  • Maladies sous-jacente
    Plus rarement, l’hirsutisme est le symptôme révélateur d’une pathologie sous-jacente. Dans ce cas de figure, la pilosité excessive est accompagnée d’autres symptômes qui permettent d’orienter le diagnostic.
    Il s’agit pour la majorité des cas d’un trouble des ovaires qui impacte tout l’équilibre hormonal : le syndrome des ovaires polykystiques (syndrome OPK).
    L’hirsutisme peut aussi être une manifestation d’une tumeur (ovarienne ou surrénalienne) ou d’une anomalie des glandes surrénales.

  • Cause inconnue
    Enfin, il arrive aussi que l’on ne puisse en déterminer la cause ; on parle alors d’hirsutisme idiopathique, qui pourrait être dû à une hypersensibilité des follicules pileux aux hormones masculines.

Sources:

    1. The evaluation and management of hirsutism [en ligne]. US National Library of Medicine National Institutes of Health, mai 2003 [consulté le 17 mai 2018].
      Disponible ici

Comment soigner l’hirsutisme ?

L’hirsutisme n’est pas considéré comme une pathologie en elle-même mais plutôt comme un signe clinique.
S’il est accompagné d’autres symptômes, il est essentiel de se diriger vers un médecin pour vérifier qu’il ne s’agit pas d’une manifestation d’une pathologie plus grave.
D’un point de vue médical, il n’est pas nécessaire de traiter l’hyperpilosité si les femmes qui en sont atteintes ne présentent pas de trouble hormonal ou métabolique.
Toutefois, un excès de pilosité peut être difficile à vivre pour certaines femmes qui éprouvent de l’embarras dans un contexte social. Il existe alors plusieurs solutions vers lesquelles se tourner pour celles qui souhaitent atténuer leur hirsutisme.

En ce qui concerne les méthodes classiques d’épilation et de dépilation, il est recommandé d’éviter le rasoir et la crème dépilatoire sur ce type de poils. L’épilation à la cire et l’épilateur électrique permettent d’arriver à un résultat plus net et de ralentir la repousse du poil, surtout dans le cas d’un hirsutisme léger.

Certaines femmes atteintes d’hyperpilosité ont recours à l’épilation laser ou à l’épilation à la lumière pulsée, méthodes plus coûteuses mais efficaces sur le long terme. Ces méthodes d’épilation dite définitive doivent être réalisée par un professionnel qualifié et peuvent être partiellement remboursées par la Sécurité Sociale en fonction des cas d’hirsutisme et du diagnostic du médecin.

Enfin, en cas d’hirsutisme touchant le visage, il est possible de s’orienter vers un traitement médical local à base d’éflornithine, comme Vaniqa®. L’éflornithine réduit la croissance du poil en inhibant une enzyme qui participe à la production du poil (l'ornithine décarboxylase). Il est possible que l'utilisation de la crème ne remplace pas complètement d'autres méthodes pour enlever les poils, tels que le rasage ou l'épilation.

Néanmoins, comme l’hyperpilosité peut résulter de troubles graves ou de la prise d’autres médicaments, ces facteurs doivent être considérés dans la prise en charge médicale des patientes qui envisagent ce traitement.
Celui-ci n’est disponible que sur ordonnance. Vous pouvez accéder à ce traitement en ligne sur Zava.

Les femmes méditerranéennes sont plus poilues que les autres.

FAUX. La densité de la pilosité diffère d’un groupe ethnique et les sujets de type méditerranéen ayant le teint mat et les cheveux et poils bruns ont un terrain génétique plus propice à une pilosité importante. Cela dit, ce n’est pas le cas pour chacun d’entre eux et encore moins le cas pour toutes les femmes issues du bassin méditerranéen (Europe du Sud, Maghreb et Proche Orient).

Les femmes ont autant de poils que les hommes.

VRAI. Hommes et femmes ont autant de bulbes pileux (proportionnellement à leur taille). Les femmes paraissent plus glabres pour des raisons hormonales : une grande partie de leur poils gardent un aspect de duvet, contrairement à ceux des hommes qui s’épaississent et deviennent plus visibles à la puberté sous l’effet des hormones androgènes.

Publié le 13/06/2018
Revu par le Dr Sophie Albe-Ly le 12/06/2018

Obtenir un traitement contre l'hirsutisme

25 Consultation médicale et ordonnance éventuelle