Infection urinaire après les rapports sexuels

Certaines femmes souffrent d’infections urinaires qui surviennent après les rapports sexuels. On appelle ce type d’infection urinaire : cystites post-coïtales et on les distingue de la famille, plus large, des cystite récidivantes. Quelle est la cause des infections urinaires après les rapports sexuels ? S’agit-il d’infections sexuellement transmissibles ? Comment les éviter et comment les traiter ?

Pourquoi les infections urinaires peuvent-elles apparaître après les rapports sexuels ?

Certains mécanismes peuvent avoir une influence sur la venue d’infections urinaires après des rapports sexuels :

  • le rôle mécanique : les frottements et les mouvements lors du rapport sexuel favorise le passage des germes du tube digestif (notamment la bactérie E.coli) vers l’urètre. L’orifice urinaire entre aussi en contact avec les bactéries présentes à l’entrée du vagin. De plus, il est possible que lors des rapports, les muqueuses soient inflammées, ce qui rend l’urètre plus sensible aux infections.
  • le rôle émotionnel : les rapports sexuels peuvent parfois engendrer du stress, ce qui peut affaiblir leurs barrières immunitaires.

D’autres facteurs peuvent favoriser les infections urinaires après les rapports sexuels :

  • la sécheresse vaginale : en effet, cela peut ensuite entraîner une inflammation des muqueuses et les rendre plus vulnérables aux infections.
  • l’utilisation de spermicides augmente le risque de contracter une infection urinaire
Consultation médicale en ligne pour les infections urinaires avec délivrance d'ordonnance si nécessaire. 25€

Comment éviter une infection urinaire après un rapport sexuel ?

Si vous êtes sujettes aux infections urinaires après les rapports sexuels, quelques conseils simples peuvent permettre de les éviter :

  • Uriner après chaque rapport pour chasser les bactéries qui sont rentrés dans l’urètre (pensez bien à vous essuyer d’avant en arrière et jamais l’inverse pour ne pas amener les bactéries intestinales, principales responsables des infections urinaires, vers l’urètre)
  • Boire de l’eau en quantité suffisante chaque jour (1.5L minimum). En vous hydratant bien, vous urinez régulièrement and cela contribue “nettoyer” votre urètre.
  • Si vous avez des problèmes de sécheresse vaginale, vous pouvez utiliser une lubrifiant à base d’eau afin d’éviter l’irritation des muqueuses.
  • Avant un rapport, demandez à votre partenaire de se laver les mains et si possible de prendre une douche.
  • Nettoyez les zones génitales après un rapport sexuel, à l’eau simplement.

En revanche, les douches vaginales sont proscrites. Elle nuisent au bon équilibre de la flore vaginale. Lorsque vous souhaitez vous laver les parties intimes, rincez-vous simplement à l’eau avec un savon spécial pour l’hygiène intime (à ne pas faire plus d’une fois par jour). N’utilisez pas de produits d’hygiène intime parfumés non plus.

Y a-t-il un traitement pour les cystites post-coïtales ?

Pour les femmes sujettes aux cystites post-coïtales, il est possible de mettre en place un traitement antibiotique spécifique. Il en existe deux recommandés en première intention :

  • un traitement à base de trimétoprime, à raison de 1 comprimé de 100 mg par jour maximum, à prendre dans les 2 heures suivant ou précédant le rapport sexuel
  • ou bien un traitement à base de fosfomycine-trométamol (Monuril®), à raison de 1 sachet de 3g en prise unique(pas plus d’une fois par semaine en raison de l’effet prolongé de la prise unique), à prendre là aussi dans les 2 heures suivant ou précédant le rapport sexuel
    Ce traitement est décidé au cas par cas et doit faire l’objet d’une réévaluation régulière par un médecin.
    Dans le cas des cystites récidivantes, on peut aussi prescrire une antibioprophylaxie continue : il s’agit de prendre un comprimé antibiotique tous les soirs au coucher pendant une durée de 6 mois.
    L’avantage des antibiotiques pour les cystites post coïtale par rapport à une antibioprophylaxie continue (c’est à dire un traitement antibiotique de fond à prendre en continu) est la réduction des doses d’antibiotique et des effets secondaires. En effet, l’antibioprophylaxie continue peut entraîner des effets secondaires tels que des nausées, éruptions cutanées, candidose buccale ou vaginale et favoriser l'apparition de bactéries résistantes.

Mon partenaire est-il responsable de l’apparition d’infections urinaires après les rapports sexuels ?

Bien que l’on puisse se demander si l’infection urinaire est contagieuse, le partenaire n’est pas en cause pour les infections urinaires post-coïtales. La femme s’auto-contamine avec ses propres bactéries (le plus souvent la bactérie E.coli). Il ne s’agit pas d’une infection sexuellement transmissible.
Si vous pensez souffrir de cystites post-coïtales, celles-ci nécessitent un traitement particulier. Rendez-vous chez votre médecin afin que celui-ci puisse vous prescrire le traitement le plus approprié.
Vous pouvez également demander à nos médecins habilités une ordonnance en ligne pour des antibiotiques.

Consultation médicale en ligne pour les infections urinaires avec délivrance d'ordonnance si nécessaire. 25€