Quelles sont les causes d'une infection urinaire ?

Très commune chez la femme, l’infection urinaire - également appelée cystite - atteindrait une femme sur 10 chaque année en France.

Heureusement, une bonne connaissance de ses facteurs déclenchants peut contribuer à limiter apparition et récidive de la cystite.

causes cystite
Dans cet article

1) E. coli. : la cause principale de la cystite

Dans près de 9 cas sur 10, les infections urinaires sont causées par des germes de l’intestin qui passent de l’anus à l'urètre. Le méat urinaire et l’anus n’étant éloignés que de quelques centimètres chez la femme, il n’est pas rare que des bactéries intestinales atteignent l’urètre et la vessie.

Cette proximité entre les deux organes ainsi que la longueur de l’urètre, plus court chez la femme que chez l’homme, est d’ailleurs la raison pour laquelle les femmes sont davantage sujettes à la cystite que les hommes.

La bactérie intestinale le plus souvent responsable des infections urinaires est l’Escherichia coli, plus communément appelée E. coli. Si cette bactérie issue de la flore fécale est inoffensive pour le système intestinal dans laquelle elle se trouve naturellement, sa présence dans les voies urinaires est susceptible de provoquer une infection. C’est pour cette raison qu’il convient de s’essuyer de l’avant vers l’arrière aux toilettes.

Généralement, l’organisme élimine ces bactéries naturellement par les urines, dont le flux les expulse et les empêche de remonter vers la vessie. Mais si elles sont en surnombre et s’accrochent à la muqueuse du système urinaire, elles entraînent un risque d’infection.

2) Une hydratation insuffisante

On le sait, il est nécessaire de veiller à maintenir une bonne hydratation tout au long de la journée - et pour évacuer les bactéries, il est recommandé d’uriner régulièrement et de ne pas retenir ses urines.

C’est d’autant plus le cas durant l’été, saison à risque pour les cystites, car on a tendance à transpirer davantage et à uriner moins.

3) Un dérèglement de la flore uro-génitale

En cas de déséquilibre du pH et de l’ensemble des micro-organismes de la région intime chez la femme, la pénétration de bactéries nocives dans le système urinaire est facilitée.

Un tel dérèglement peut survenir en raison d’une hygiène insuffisante ou, à l’inverse, trop agressive. Il peut également être lié à la prise de certains antibiotiques qui déstabilisent l’équilibre urinaire ou vaginal.

Les adolescentes et les femmes enceintes, ménopausées ou en pré-ménopause sont plus exposées aux cystites du fait des fluctuations hormonales qui dérèglent leur équilibre vaginal.

4) Des rapports sexuels avec pénétration vaginale

Les frottements et les mouvements lors des rapports sexuels peuvent favoriser le passage des bactéries intestinales et vaginales vers l’urètre.

Par ailleurs, en cas de sécheresse vaginale ou de muqueuses irritées après le rapport, l’urètre est plus sensible aux infections.

Enfin, les rapports sexuels non protégés avec de nouveaux partenaires peuvent, au delà du risque d’IST, augmenter le risque de cystite car le corps n’est pas familier des bactéries portées par le nouveau partenaire.

Certains gestes d’hygiène, comme uriner et rincer ses parties intimes à l’eau après chaque rapport, sont efficaces pour prévenir l’apparition des infections urinaires après les rapports sexuels.

5) Des troubles digestifs

La constipation peut gêner l’évacuation des urines, entraînant leur stagnation dans la vessie.  

En cas de diarrhée, la flore intestinale est déséquilibrée et certaines bactéries, dont E. coli, peuvent se retrouver en surnombre. Elles tendent alors à migrer vers les voies urinaires.

Lorsqu’elles rencontrent des troubles gastriques, certaines femmes ont pour habitude de consommer de la cranberry à titre préventif ; cette baie empêcherait en effet la bactérie E.coli de se fixer sur les voies urinaires. Si l’efficacité de cette méthode n’est à ce jour pas prouvée, il ne peut qu’être bénéfique d’adopter les bons gestes et de se tourner vers les solutions naturelles contre la cystite pour limiter tout risque en cas de désagréments intestinaux.

6) Un système immunitaire affaibli

Une cystite peut se déclencher dès lors que les défenses immunitaires ne sont pas suffisantes pour empêcher la colonisation des bactéries. Ainsi, certaines femmes se savent plus sujettes aux cystites pendant l’hiver car le froid fragilise leur système immunitaire.

De même, le stress peut favoriser le développement d'une cystite.

7) Cystite et diabète

En raison du taux de sucre plus élevé dans le sang, les personnes diabétiques sont plus exposés au risque d’infections urinaires. En effet, la présence de sucre dans les urines constitue un environnement favorable au développement des bactéries.

Étant diabétique, il est donc d’autant plus important de veiller à son équilibre glycémique.

Même si les infections urinaires sont plus fréquentes chez les personnes diabétiques, il convient de noter que le diabète, même insulino-requérant, n’est à ce jour plus considéré comme un facteur de risque de complication.

En revanche, en cas de complications connues du diabète, il est toujours recommandé de voir son médecin car une analyse d’urine est nécessaire en cas de suspicion d’infection urinaire.

8) Une grossesse ou certains contraceptifs

La grossesse peut contribuer au développement d’une cystite en raison des changements hormonaux et physiques. Une infection urinaire pendant la grossesse peut par ailleurs être plus dangereuse et nécessite une consultation médicale pour éviter les complications.

Le diaphragme contraceptif et le gel spermicide sont également des facteurs favorisants, le premier car il peut gêner l’évacuation des urines, et le second car il modifie la flore bactérienne.

9) Les autre causes physiques

D’autres affections sont susceptibles de favoriser les infections urinaires :

  • Les anomalies de l’appareil urinaire
  • Les calculs rénaux
  • Certains troubles neurologiques
  • La ménopause, à cause du déficit en œstrogènes
  • Un prolapsus génital et urinaire
  • L’incontinence urinaire

10) Cathéter ou sondes urinaires

Enfin, la réalisation de sondages urinaires ou l’usage d’un cathéter peuvent fréquemment donner lieu à une infection urinaire.

Il peut donc être utile de discuter avec son médecin traitant la prescription d’un traitement antibiotique contre les cystites à avoir en réserve pour être en mesure de soulager au plus vite les éventuels symptômes. Nos médecins en ligne chez Zava peuvent également prescrire un traitement prévenitif dans le cadre d'une consultation en ligne.

Consultation médicale avec délivrance d'ordonnance si nécessaire - 25 €
Médecins habilités
Sur la base d'un questionnaire médical
Échanges illimités avec le médecin dans le cadre de cette consultation
Demander un traitement

Ordonnance dès 3h ouvrées

Comment fonctionne Zava ?

Traitements pour la cystite

Zava propose un service de consultation médicale en ligne sans face-à-face avec délivrance d'ordonnance dès 3h ouvrées si nécessaire.

Rendez-vous sur notre page Cystite pour voir les traitements qui peuvent être envisagés.




Avis des patients
star full star full star full star full star empty (324)
star full star full star full star full star full by Angélique, 08 Nov 2018
Bien que septique le service fut de qualité et rapide. Mon ordonnance et le traitement m’attendais comme convenue à la pharmacie de mon choix. Au besoin je repasserai par Zava.
star full star full star full star full star full by Stephanie Georges, 27 Oct 2018
Demandé traitée très rapidement répondant à mes attentes délivrance d'ordonnance à la pharmacie ce qui est très pratique
star full star full star full star full star full by Tressie, 06 Nov 2018
Rapide par rapport à la demande
star full star full star full star full star full by Ingrid, 05 Nov 2018
Rapide, pratique. Seul petit bémol, l'absence de prise en charge sécu !
star full star full star full star full star empty by Marie-Pierre, 12 Nov 2018
Merci cela marche bien, j'avais peur que la pharmacie pose des questions, mais tout a été fait dans les temps