La syphilis : transmission, symptômes et traitement

Dr Sophie Albe-Ly médecin en ligne chez Zava

Révision médicale par le

Dr Sophie Albe-Ly

Revu le: 09 juin 2020

La syphilis est une infection bactérienne sexuellement transmissible qui se soigne à l’aide d’un traitement antibiotique.

Dans cet article
syphilis-molecules-torsadees

Les points essentiels

  • La syphilis est une infection bactérienne.

  • En 2018, 79% des personnes diagnostiquées étaient des hommes ayant des partenaires masculins.

  • Un tiers des personnes infectées par la syphilis sont co-infectées par le VIH.

La syphilis : qu’est-ce que c’est ?

La syphilis est une infection sexuellement transmissible (IST) causée par une bactérie appelée la Treponema pallidum. Les premiers symptômes apparaissent principalement sur les parties génitales, le plus souvent sous la forme d’un ulcère appelé le chancre. Si elle est dépistée et traitée rapidement, une personne infectée peut guérir de la syphilis à l’aide d’un traitement antibiotique. Dans certains cas, sans prise en charge médicale, la syphilis peut s’aggraver et toucher plusieurs organes comme les yeux, le cerveau ou le cœur.

Aussi appelée “vérole” ou “grande vérole”, cette maladie ancienne, décrite au XVème siècle en Europe, avait presque disparu. Mais depuis le début des années 2000, une forte hausse du nombre de cas a été observée. D’après les derniers chiffres des autorités sanitaires, cela s’est stabilisé ces 5 dernières années.

Syphilis primaire et syphilis secondaire

On distingue plusieurs phases dans l’évolution de la maladie : primaire, secondaire et tertiaire.

La syphilise primaire correspond à la période où la bactérie va se multiplier à la porte d’entrée de l’infection. Elle débute en moyenne 3 semaines après la contamination. Les premiers symptômes comme le chancre apparaissent.

La syphilis secondaire est la phase où la bactérie va se disséminer dans le sang. Elle commence généralement 6 semaines après l’apparition du chancre et peut durer 6 mois.

Les syphilis primaire et secondaire apparaissent pendant la première année d’évolution de la maladie. C’est pendant cette première année que la syphilis est la plus contagieuse.

La syphilis tertiaire est de nos jours extrêmement rare. Elle apparaît plusieurs années après la contamination, en l’absence de traitement. Lorsque ce stade est atteint, plusieurs lésions apparaissent sur la peau et les muqueuses ainsi qu’au niveau du cœur, des os, des vaisseaux ou bien des reins. À ce stade de l’évolution, la syphilis n’est plus contagieuse.

Transmission de la syphilis

L’infection est contractée lorsqu’il y a un contact direct avec les muqueuses génitales, anales ou buccales d’une personne porteuse de la bactérie, on parle alors de transmission sexuelle.

Une transmission verticale de la mère à son bébé pendant la grossesse est possible bien que très rare en France.

  • Transmission par voie sexuelle : les rapports sexuels sont le principal mode de transmission. L’infection peut se transmettre aussi bien pendant les préliminaires que les pénétrations vaginales ou anales, les rapports bouche-sexe (fellation, cunnilingus) ou bouche-anus (anulingus). Les données statistiques des autorités de santé ont mis en évidence une forte augmentation de la syphilis chez les hommes ayant des relations sexuelles avec les hommes (HSH).

  • Transmission par la mère à son fœtus : la syphilis peut dans de rares cas se transmettre par la mère lors de la grossesse ou l’accouchement. On parle alors de syphilis congénitale. La contamination arrive le plus souvent pendant la deuxième moitié de la grossesse chez une femme ayant une syphilis secondaire. Ce mode de transmission est peu fréquent en France, les femmes enceintes étant dépistées en début de grossesse.

Symptômes et évolution de la syphilis

Les symptômes de la syphilis sont principalement l’apparition d’éruptions sur la peau ou sur les muqueuses.

L’apparition d’un chancre est l’un des symptômes les plus observés lors d’une syphilis primaire. C’est un ulcère indolore et légèrement épais, qui se manifeste sur la surface de la peau. La plupart du temps on l’observe dans la région des organes génitaux ou sur la muqueuse anale, voire buccale. On peut reconnaître les ulcères au toucher (la peau est un peu plus dure à ce niveau) et à leur forme ronde qui varient entre 5 et 15 mm de diamètre. Le chancre va disparaître de lui-même et cicatriser entre 1 à 3 semaines.

  • Chez la femme, le chancre se situe habituellement au niveau de la vulve, sur les grandes ou petites lèvres, rarement dans le vagin. Il apparaît aussi fréquemment sur le col de l’utérus (uniquement observable lors d’un examen au speculum).
  • Chez l’homme, il apparaît le plus souvent sur la verge, au niveau du gland ou sur l’ouverture de l’urètre (le méat).

Des ganglions indolores accompagnant le chancre génital peuvent être observés. Ils apparaissent généralement au niveau de l’aine.

Pendant la phase de la syphilis secondaire, d’autres symptômes apparaissent. En effet, ce stade se caractérise par l’apparition de plusieurs éruptions cutanées et des plaques sur les muqueuses : notamment la roséole, des petites tâches roses visibles sur le tronc, et les syphilides, des boutons sans liquide ou pus, présentes sur les mains, les pieds ou le tronc.

Ces symptômes peuvent parfois ressembler à d’autres éruptions, comme l’acné. D’autres symptômes sont possibles, comme une perte des cheveux (alopécie), de la fièvre, de la fatigue, mais de manière plus rare.

Cette phase secondaire peut durer jusqu’à un an et les éruptions cutanées être entrecoupées par des périodes sans symptôme qui durent plusieurs semaines ou plusieurs mois. Sans traitement, la disparition de ces symptômes n’indique pas une guérison de l’infection. L’évolution de la syphilise est asymptomatique et silencieuse, elle entre en phase de latence.

Il existe une phase tertiaire devenue exceptionnelle, la syphilis tertiaire, qui survient plusieurs années voire des décennies après la contamination.

Les symptômes de la syphilis tertiaire sont des lésions appelées gommes syphilitiques. Elles sont irréversibles et leur apparition intervient sur la peau et les muqueuses, au niveau du coeur, des vaisseaux, des os, des reins et de l’appareil digestif. Seuls moins de 10 % des cas de syphilis en phase de latence évolueront vers la syphilis tertiaire.

Complications possibles

Lorsque la bactérie causant la syphilis atteint le système nerveux, on parle alors de neurosyphilis. C’est le stade le plus grave de l’infection. Elle peut se manifester au stade secondaire ou tertiaire de la maladie. Les yeux, les oreilles, le cerveau ou encore la moelle épinière peuvent être touchés.

Dépistage et diagnostic

La syphilis est une infection très contagieuse. Le dépistage et le traitement des personnes contaminées permet de freiner l’apparition de nouveaux cas.

Le dépistage et le diagnostic de la syphilis se fait via un test sérologique (prise de sang). Deux types de tests vont permettre de vérifier d’une part, la présence de l’infection dans l’organisme, et d’autre part son évolution :

  • les tests tréponémiques (TT) vont mettre en évidence la présence des anticorps liés à la syphilis. Un test négatif confirme l’absence de l’infection. Si le test est positif, la syphilis est présente ou a été présente ;
  • les tests non tréponémiques (TNT) permettent de savoir si le/la patient·e est touché·e de façon active ou non. Et par conséquent de vérifier si le traitement a été efficace.

4 situations diagnostiques principales sont donc possibles :

  • TNT et TT négatifs : il n’y a pas de syphilis ou alors le test est trop précoce. Le TNT devient positif environ 10 jours après l’apparition du chancre. Si le test est négatif mais qu’une infection par la syphilis est fortement suspectée, il faut refaire le test 1 à 2 semaines plus tard. Ce résultat est aussi possible de manière exceptionnelle chez les personnes atteintes du VIH ;
  • TNT et TT positifs : syphilis non guérie ;
  • TNT positif et TT négatif : faussement positif pour la syphilis. Cela reflète uniquement la présence d’une inflammation, d’autres tests sont nécessaires pour en rechercher la cause ;
  • TNT négatif et TT positif : syphilis a priori guérie ou bien test trop précoce. Si une infection par la syphilis est fortement suspectée, il faut là aussi refaire le test 1 à 2 semaines plus tard.

Pour procéder à un dépistage, vous pouvez demander un test auprès de nos médecins de l'équipe Zava qui sont en mesure de prescrire un dépistage de la syphilis via une consultation en ligne, à votre médecin, votre gynécologue ou votre sage-femme si vous êtes une femme ou bien encore vous rendre dans un centre de dépistage ou un centre du planning familial.

Prévention et surveillance de la syphilis

L’utilisation d’un préservatif masculin ou féminin est le meilleur moyen de se protéger de la syphilis et de manière générale des IST.

Le dépistage régulier est recommandé particulièrement lorsque l’arrêt du préservatif est envisagé..

Il est indispensable d’informer votre/vos partenaire·s en cas d’infection pour qu’il·s/elle·s puisse·nt se faire dépister et traiter, le cas échéant.

Une personne guérie de la syphilis peut être de nouveau contaminée lors de rapports non protégés.

VIH et syphilis

Lorsqu’une syphilis est diagnostiquée, il est nécessaire de rechercher s’il n’y a pas également une infection par d’autres IST, notamment le VIH. En effet, le chancre génital favorise la transmission du virus de l’immunodéficience humaine. Les réseaux de surveillance des IST ont observé qu’un tiers des personnes diagnostiquées porteuses de la syphilis sont également infectées par le VIH.

Traitement de la syphilis

La syphilis étant causée par une bactérie, les traitements actifs contre celle-ci sont les antibiotiques. À la différence des antiviraux qui sont utilisés contre certains virus.

Dans le cas de la syphilis, l’antibiotique le plus souvent proposé est la pénicilline G sous forme retard.

C’est un antibiotique qui s’administre par injection intra-musculaire. Cette méthode permet à l’antibiotique d’être présent dans le sang jusqu’à 2 à 3 semaines.

La fréquence du traitement se fait en fonction de l’évolution de la maladie.

Lorsque la syphilis a été contractée il y a un mois d’un an : une seule injection est réalisée. Dans le cas d’une syphilis tardive (au-delà d’un an) : 3 injections à une semaine d’intervalle sont faites. En cas de neurosyphilis, la pénicilline G est administrée par voie intra-veineuse pendant 2 semaines.

Ce traitement efficace permet la suppression de la bactérie dans l’organisme. Toutefois, il est possible d’être contaminé·e de nouveau.

Le coût du traitement est faible : l'Extencilline® ( nom commercial de la pénicilline G retard) est de 11,08 € et est remboursé à 65 % par l’Assurance Maladie sur prescription médicale.

En cas d’allergies, des désensibilisations ou d’autres solutions thérapeutiques sont proposées.

sophie-1.png
Révision médicale par le:
Dr Sophie Albe-Ly

Médecin généraliste, Sophie exerce chez Zava depuis 2016.

En savoir plus sur nos médecins

Revu le: 09 juin 2020

Ordonnance pour un dépistage IST
Délivrance d'ordonnance pour un test de dépistage en laboratoire
Infection à Chlamydia, gonorrhée, trichomonase et infection à Mycoplasma Genitalium
Seconde ordonnance incluse pour un traitement en cas de test positif (Chlamydia, trichomonase, Mycoplasma Genitalium)
Consultation en ligne Comment fonctionne Zava ?



Avis des patients
trustpilot-ratings-4-halfstar (1422)
trustpilot-ratings-5-star par Krisztina, 22 juin 2020
Site rapide et fiable que je recommande à tout le monde.
trustpilot-ratings-5-star par MICHAEL GATEAU, 01 juil. 2020
Très bien et rapide
trustpilot-ratings-5-star par michel grizard, 11 juin 2020
Excellent service, merci !
trustpilot-ratings-5-star par Yanis, 11 juin 2020
Les médecins sont a l'écoute, compréhensible et très gentils et rassurant
trustpilot-ratings-5-star par Daniela, 14 juin 2020
Le suivi et les conseils ont été magnifiques, merci beaucoup, je recommande complètement le service, j’aime zava.