La pelade : causes, symptômes et traitements

Souvent confondue avec la calvitie, la pelade est une affection différente qui nécessite une prise en charge adaptée. Il s’agit d’une pathologie généralement réversible qui concerne aussi bien les hommes que les femmes.

A quoi la pelade est-elle due, comment se manifeste-t-elle et comment la traiter ?

pelade

Qu’est-ce que la pelade ?

Relativement fréquente, elle se nomme aussi alopécie en plaques ou alopécie en aires, d’où la confusion qui existe parfois entre pelade et d’autres types d’alopécie. La pelade est une maladie inflammatoire auto-immune et chronique.

Comment la pelade se déclenche-t-elle ?

Les globules blancs présents dans l’organisme ne reconnaissent plus le bulbe pileux comme étant un élément normal et provoquent une perte de poils et de cheveux par plaques.

Quels sont les symptômes de la pelade ?

Les plaques peuvent apparaître de manière fréquente et récidivante au niveau de la barbe, des sourcils, des cils où d'autres zones pileuses du corps. Sur les zones atteintes, de forme ronde ou ovale, on constate un aspect lisse, blanc et lâche de la peau.

A quoi la pelade est-elle due ?

La cause de son origine n’est pas connue avec précision, même si le risque de développer une pelade peut provenir du patrimoine génétique transmis. La pelade survient par épisodes qui peuvent se renouveler tout au long de la vie.
Elle touche en particulier les enfants ou jeunes adultes, mais peut intervenir à n'importe quel âge.

Les personnes souffrant d'une pathologie auto-immune comme la thyroïde auto-immune, le lupus ou le psoriasis sont fréquemment touchées.

Des facteurs tels que les traumatismes psychologiques, les conflits ou un stress important peuvent être des éléments déclencheurs du phénomène. Toutefois, les études et l’absence de valeur statistique ne montrent aucune corrélation significative.

Comment la pelade évolue-t-elle ?

L'évolution de la pelade se fait par poussées, et comme la racine du cheveu n’est pas complètement détruite, les poils et cheveux finissent fréquemment par repousser.

D'une personne à l'autre, l'évolution de la pelade est très variable et imprévisible. Ainsi, la pilosité peut réapparaître d'elle-même au bout de 6 à 12 mois après la chute du cheveu pour jusqu’à 80 % des cas. Dans certains cas, la repousse se fait quelques années plus tard.

La pelade n'affectant pas les cellules souches, la racine des cheveux n'est pas totalement détruite de manière irrévocable. Il semblerait toutefois que plus la zone touchée est étendue, plus la pelade risque de progresser et moins une repousse complète devient probable.

Comment diagnostiquer la pelade ?

Un examen poussé du cuir chevelu permettra de constater la présence de cheveux dont l'extrémité est renflée. C'est-à-dire que le cheveu se termine par un point d'exclamation et laisse apparaître au niveau des orifices pilaires des points noirs.

Il existe 4 sortes de pelade :

  • La pelade en plaques : la forme classique, atteignant des zones plus ou moins larges du cuir chevelu et/ou du corps.
  • La pelade totale ou décalvante : se traduisant par une chute complète des cheveux.
  • La pelade ophiasique : plaques dépourvues de poils (front, tempes, nuque) autour desquels les cheveux sont fins et s'arrachent facilement. Lors des poussées, on observe une fragilité des ongles.
  • La pelade universelle : pelade totale accompagnée d’une perte complète des poils du corps.

Quels sont les traitements pour faire face à la pelade ?

Certaines thérapies permettent une repousse des cheveux, mais ne peuvent assurer une guérison définitive.
L'absence de traitement semble être la meilleure alternative pour les pelades de petite taille.

Les principaux traitements sont :

  • Les corticoïdes en application locale ou en injection.

  • La diphencyprone (en cas de pelade grave) : substance produisant une dermatite allergique de contact sur le cuir chevelu, altérant ainsi la réponse immunitaire, ce qui entraîne la repousse des cheveux. Le traitement dure plusieurs mois et peut entraîner de nombreux effets secondaires (eczéma, dépigmentation de la peau).

  • Le traitement immunosuppresseur par méthotrexate ou cyclosporine, également utilisés contre le psoriasis.

  • Le Minoxidil ou le Finastéride, des médicaments indiqués contre la perte des cheveux.

  • La puvathérapie : traitement associant un agent mutagène (le psoralène) et le rayonnement ultraviolet. Plusieurs séances sont nécessaires pour voir les premiers résultats.

Le diagnostic de la pelade nécessite une consultation médicale. Si vous pensez en être atteint, il est recommandé de consulter votre médecin.

Il faut noter que la pelade diffère d’autres types d’alopécie qui entraînent exclusivement une perte de cheveux et non de poils, et ce pour des raisons généralement héréditaires mais pas seulement - les causes de la chute des cheveux étant diverses.

Dans le cas d’une calvitie avérée, nos médecins sont en mesure de prescrire un traitement adapté via une consultation en ligne.

Si vous ête sujet à une perte de cheveux diffuse, nos médecins peuvent émettre un diagnostic pour vous prescrire un traitement contre la calvitie

Publié le 09/07/2018
Revu par le Dr Sophie Albe-Ly le 10/07/2018

Sources :