Test de dépistage de l’infection à Chlamydia chez l’homme

Comment détecter la chlamydiose chez l’homme ?

La trace d’une infection à chlamydia peut être recherchées à différentes occasions chez l’homme, ce qui déterminera le plus souvent la méthode adaptée. Historiquement, après une prise de risque ou la présence de symptômes, c’est le test urétral qui était pratiqué, qui tend à être remplacé par le test urinaire.

  • Le prélèvement urétral
    Chez l’homme, la chlamydiose était auparavant toujours dépistée par l’intermédiaire d’un prélèvement urétral, généralement vécu comme assez inconfortable voire très désagréable. Ce prélèvement doit se faire sans toilette, avant la première miction du matin ou au minimum 3h après avoir uriné pour la dernière fois, car l’urine “nettoie” l’urètre, emportant avec elle des cellules infectées. Les tests de diagnostic direct qui consistent à rechercher la présence de ces cellules sont donc susceptibles d’être beaucoup moins sensibles.

  • Le test urinaire
    Les dernières avancées en matière d’amplification générique, ou tests PCR, permettent maintenant de diagnostiquer la chlamydiose chez l’homme à partir d’un test urinaire. Idéalement, c’est le premier jet (10 à 30 ml) des urines du matin qui doivent être recueillies SANS TOILETTE préalable. C’est à l’heure actuelle le principal test recommandé.
    Ce test peut également être fait sur un prélèvement anal en cas de pratique anale.

  • L’analyse du sperme

Il arrive également que la Chlamydiae soit recherchée lors d’un projet de procréation par un couple, notamment lors d’un bilan de fertilité. Dans ce cas, la recherche de la présence de Chlamydia Trachomatis pourra se faire à partir d’un échantillon de sperme fourni par masturbation.

  • Le prélèvement sanguin
    Il est possible de rechercher non pas la présence de la bactérie Chlamydia, mais la présence d’anticorps visant à lutter contre l’infection, par prise de sang, notamment quand l’infection suspectée est dite “haute”, c’est à dire qu’elle a atteint les parties génitales hautes. Cependant cette recherche ne peut être faite juste après une prise de risque car l’organisme n’aura pas eu le temps de fabriquer des anticorps contre la bactérie entre temps.
    Attention : une sérologie positive à Chlamydia montre que le corps a été exposé à Chlamydia mais ne confirme pas la présence actuelle de la bactérie dans l’organisme. C’est la concentration de ces anticorps qui permettra de déterminer si oui ou non, le corps semble toujours activement se battre contre l’infection.

En savoir plus sur le dépistage de la Chlamydia.

Si vous ou votre partenaire a été diagnostiqué positif à l'infection à chlamydia, nos médecins peuvent vous prescrire un traitement en ligne