Causes des condylomes

Comment les condylomes et le papillomavirus sont-ils transmis ?

Les verrues génitales ou condylomes sont causées par le papillomavirus humain, qui est également connu sous le nom d’HPV. Il s’agit d'une infection sexuellement transmissible et comme souvent, elle est plus fréquente chez les personnes âgées de moins de 30 ans. On estime que la moitié des personnes sexuellement actives sont infectées par le HPV à un moment donné.
Cependant toutes les personnes infectées par le papillomavirus humain ne développeront pas des verrues génitales.
Les personnes ayant un système immunitaire affaibli sont plus vulnérables et donc plus susceptibles de développer des verrues. Si vous souffrez d'une autre maladie, que vous avez un mode de vie malsain et un régime alimentaire inadapté, votre système immunitaire peut-être affaibli et cela favorise l’apparition des verrues génitales.

Quelles sont les causes des verrues génitales?

Comme pour toute autre infection sexuellement transmissible (IST), le papillomavirus humain est transmis lors des rapports sexuels, anaux ou oraux. Des verrues peuvent apparaître plusieurs mois après la contamination par le virus.
Une transmission indirecte (eau, linge de toilette par exemple) est possible bien que rare.
Il existe aussi un risque de transmission de la mère à l’enfant lors de l’accouchement.

Le papillomavirus n’est-il pas le virus qui cause le cancer du col de l’utérus chez la femme ? Si j’ai des condylomes, cela veut-il dire que je risque d’avoir le cancer du col ?

Sur plus de 100 souches différentes de HPV, environ 30 à 40 sont transmises sexuellement. Pourtant, très peu de ces souches sont responsables de l'apparition de verrues génitales.
D'autres souches du virus sont associés à des verrues ailleurs sur le corps.
Certaines souches du papillomavirus, différentes de celles qui causent les verrues génitales, peuvent causer le cancer du col utérin. Cela se produit lorsque le papillomavirus affecte la croissance de cellules spécifiques, qui peuvent conduire à un cancer du col de l'utérus chez la femme ou au cancer du pénis chez l’homme.
Comme nous l’avons dit plus haut, lorsqu’il y a une prise de risques lors d’un rapport sexuel, il est important de rester alerte aux différents virus qui ont pu être transmis, car il se peut que plusieurs types d’HPV aient été transmis, et l’apparition de verrues génitales n’exclut pas que le papillomavirus responsable du cancer du col ait été transmis également. Pour autant, avoir des condylomes ne signifie pas non plus que la souche responsable du cancer du col chez la femme est présente dans l’organisme.
Rappelons que les femmes doivent effectuer un frottis régulièrement (tous les 3 ans), à partir de l'âge de 21 ans. Le test HPV doit être demandé lors de ces frottis et en cas de doute, il est possible de réaliser une biopsie - l'extraction d'un échantillon de tissu, qui est ensuite analysé pour détecter les cellules précancéreuses et cancéreuses.

Verrues génitales et facteurs de risque

Comme avec la plupart des IST, les femmes sont statistiquement plus susceptibles d'être infectées jeunes (16-19 ans) et les hommes un peu plus tard (20-24 ans).
Les facteurs de risque comprennent entre autre:

  • une infection précédente avec une autre IST (elle augmente le risque d'une nouvelle infection IST)
    devenir sexuellement actifs à un jeune âge (le système immunitaire pourrait ne pas être suffisamment mature pour lutter contre le virus lui-même)
  • l’immunosuppression
  • le tabagisme
    Pour prévenir les verrues génitales, il est recommandé d’utiliser un préservatif si vous ou votre partenaire a des condylomes. Cependant les préservatifs ne fournissent pas une protection à 100% contre les verrues car elles peuvent être situées à la base du pénis ou la vulve. L'infection peut également être transmise par un contact non protégé avant la pénétration.
    Si vous avez une apparition soudaine et sévère de verrues génitales, consultez un médecin au plus tôt avant qu’elle ne se propage. La croissance et la propagation sévère et rapide des verrues génitales peut être le signe d'un problème avec votre système immunitaire. Votre médecin pourra alors si nécessaire vous prescrire des tests en plus de l’examen clinique, afin de dépister en autre les IST telle que le VIH.

Eléments statistiques sur les verrues génitales

Dans la dernière décennie, les verrues génitales ont atteint des proportions épidémiques importantes au Royaume-Uni, avec plus de 91.000 nouveaux cas en 2009 (dans les cliniques spécialisées sur la santé sexuelle). Le taux d'infection a augmenté de 30% en moins de dix ans, ce qui en fait la maladie sexuellement transmissible la plus commune dans le pays.
En plus des personnes nouvellement infectées, 80.000 à 100.000 patients ont souffert de verrues récurrentes ou ont décidé de se faire soigner par un médecin.

Sur Zava, vous pouvez accéder au diagnostic d'un médecin sur la base de photos, ainsi qu'à une ordonnance si nécessaire.

Article publié le 14/12/2016
Revu par le Dr Sophie Albe-Ly le 07/12/2016