En vacances, près d’1 Français sur 2 a déjà fait l’impasse sur le préservatif alors qu’il était conscient de prendre un risque

Vacances, j’oublie tout ! Les Français ont-ils des comportements à risque l’été? Quelles sont les raisons qui les poussent à faire l’impasse sur le préservatif ? Ont-ils conscience des risques ? À quelques semaines des vacances d’été, Zava présente les résultats de sa dernière étude et rappelle l’importance du port du préservatif contre toutes les IST.

Pourtant conscient des risques, 1 Français sur 2 a déjà fait l'impasse sur le préservatif avec un amour de vacances

• Alors qu’une grande majorité des Français (68%) pense ne pas pouvoir faire l’impasse sur le préservatif lors d’une idylle de vacances

Dans les faits,

49% des Français ayant déjà eu au moins un amour de vacances ont déjà renoncé au préservatif avec celui-ci. Un « oubli » plus répandu chez les hommes à 41% contre 32% pour les femmes. Parmi ces 49%, au moins 29% avaient pourtant un préservatif avec eux.

73% déclarent néanmoins être conscients d’avoir pris un risque en ne se protégeant pas avec un amour de vacances.

La passion et l'excitation de l'instant altèrent la clairvoyance

Parmi les raisons invoquées au non port du préservatif :

• Près de 40% des Français déclarent ainsi que la passion(17%) et l’excitation (21%) étaient trop fortes.

• La confiance inspirée par le partenaire est également citée chez 18% des sondés ayant fait l'impasse sur le préservatif.

« L'enquête nous apprend que Chez les jeunes de 18 à 24 ans, c’est la consommation de drogue ou d’alcool qui arrive en troisième position pour expliquer la prise de risque (pour 10% d’entre eux), alors que c’est la promesse par le partenaire d’un dépistage récent qui convainc plus facilement les 25-34 ans. Chez les séniors en revanche, on retrouve une méconnaissance du sujet à l’époque de la prise de risque, ainsi qu’une association entre préservatif et protection contre le Sida, mais pas nécessairement de connaissance sur l’importance du préservatif pour se protéger d’autres IST." Précise Roxane Ferrand, Directrice Zava France

Seul un dépistage complet permet de confirmer la présence d'une IST dans l'organisme. Profiter pleinement de sa sexualité en vacances oui, mais pas sans préservatif en toute circonstance, qu’il soit masculin ou féminin, pour se protéger d’une grossesse non désirée mais surtout parce qu’il est la seule protection efficace contre les IST lors de la pénétration (sauf pour l’herpès et les verrues génitales, qui peuvent se transmettre quand même, si les lésions ne sont pas couvertes).
Rappelons également que pour les rapports sexuels oraux, hétérosexuels ou homosexuels masculins et -on l’oublie souvent- homosexuels féminins, une protection est nécessaire. Le préservatif protège efficacement d’une transmission d’IST par les attributs masculins, pour les parties génitales féminines, c’est la digue dentaire qui est efficace, un carré de latex se plaçant entre la bouche et le sexe féminin.

Méthodologie

Enquête Zava réalisée en ligne en juin 2017 via Toluna/quick Survey auprès de 1000 personnes. Résultats redressés selon les critères démographiques représentatifs de la population française.

Droits d'usage

Toute reprise de ces graphiques et/ou de ces informations doit s’accompagner de cette mention liens hypertexte pour les supports digitaux : Enquête Zava "Les Français et le préservatif en vacances" réalisée en ligne via Toluna/QuickSurvey en juin 2017 - Enquête complète disponible sur www.zavamed.com