Dans cet article

Entre le travail, les impératifs et les aléas du quotidien, le stress est pour le moins fréquent et peut parfois avoir des conséquences sur la santé.

Heureusement, des moyens existent pour atténuer ses effets et apprendre à mieux le gérer.

Comment mieux gérer le stress

Comment le stress se manifeste-t-il dans l’organisme ?

Lorsque l’on est confronté à une situation stressante ou dangereuse, les glandes surrénales responsables de la gestion du stress libèrent de l’adrénaline pour aider l’organisme à faire face. Il s’agit d’un neurotransmetteur qui entraîne notamment une accélération du rythme cardiaque et augmente la pression artérielle. Une fois le danger écarté, le corps se stabilise et retrouve son équilibre.

Mais si l’état de stress est durable et s’intensifie, les glandes surrénales sécrètent du cortisol aussi appelé « hormone du stress ». La production continuelle de cortisol conduit à l’épuisement des glandes surrénales qui ne parviennent plus à réguler le stress.

Quel est l’impact du stress sur notre corps ?

Le stress est accusé d’être à la base de diverses maladies chroniques, il affaiblit le système immunitaire et contribue à de nombreux dérèglements du corps humain.

Voici ses conséquences les plus courantes sur la santé :

Stress, poids et problèmes cardiovasculaires

Le stress peut être à l’origine de nombreux problèmes de santé à commencer par des fluctuations de poids et des problèmes cardiovasculaires. Le cortisol augmente en effet le taux de glucose dans le sang, provoquant une accélération du rythme cardiaque, une augmentation de la pression artérielle et éventuellement une sensation de faim.

Sur le long terme, les facteurs liés au stress sont susceptibles de contribuer à desmaladies de cœur et des accidents cérébraux. De même, une accumulation de stress peut parfois mener à des troubles de l’alimentation tels que la boulimie ou l’anorexie.

Stress et santé mentale

Les troubles de l’alimentation ne sont pas les seules conséquences mentales qui puissent être engendrées par le stress.

Dépression, dépendances ou encore crises de panique y sont souvent étroitement liées.

Stress et troubles sexuels ou gynécologiques

  • Tout comme il nous dessert parfois lors d’une situation sociale ou au travail, le stress peut provoquer des troubles sexuels tels que l’éjaculation précoce ou la dysfonction érectile. Cela peut notamment venir d’une anxiété de performance, comme la crainte de ne pas satisfaire son ou sa partenaire.
  • De même, certaines femmes ressentent une influence du stress sur leur cycle menstruel. Le stress peut en effet en dérégler la régularité ou contribuer à d’autres troubles menstruels comme la disparition des règles (aménorrhée), douleurs durant les règles.

Stress et aspect de la peau et des cheveux

Le stress peut être la source de désagréments d’ordre esthétique.

  • La peau étant un organe très sensible au stress, celui-ci peut contribuer à aggraver certaines affections cutanées (eczéma, urticaire, psoriasis ou parfois acné).
  • En influant sur notre production hormonale, le stress peut aussi contribuer à une sécrétion excessive de sébum par les glandes sébacées et favoriser une peau grasse.
  • Il influe également sur la bonne santé de nos cheveux et peut contribuer à la perte totale ou partielle des cheveux, également appelée « alopécie », la tension nerveuse ayant notamment pour effet de stimuler les glandes surrénales et d’augmenter la production des androgènes. Pour les individus présentant des prédispositions génétiques à la chute des cheveux, le stress peut accélérer et intensifier le processus.
  • Certains accusent également le stress d’accélérer la dépigmentation des cheveux, qui se traduit par l’apparition précoce des cheveux gris ou des cheveux blancs.

Comment mieux gérer le stress ?

Apprendre à maîtriser son stress sur le long terme

Il peut être bénéfique de faire une introspection pour tenter de mettre le doigt sur les éléments déclencheurs. Pour y parvenir, on peut se tourner vers un professionnel pour être aidé si l’on en ressent le besoin. Quand cela est possible, on peut échapper au stress en réglant sa cause (conflits relationnels, difficultés au travail…).

Certaines personnes parviennent à mieux gérer leur stress sur le long terme, en approfondissant leur connaissance d’eux-même et en améliorant la gestion de leurs émotions. Cela passe d’abord par l’acceptation de ses émotions négatives pour tâcher de ne plus les subir, les redouter ni les refouler.

Il s’agira ensuite d’anticiper et de relativiser les événements angoissants, notamment en apprenant de ses expériences passées et en développant sa confiance en soi.

Minimiser le stress une fois que celui-ci se fait ressentir

Par exemple, écouter de la musique peut permettre de ralentir le rythme cardiaque et de diminuer la pression artérielle.

De même, faire des exercices de respiration et relâcher les muscles est très bénéfique au quotidien si l’on est de nature stressée. On peut aussi se faire masser ou procéder à un automassage. Il est avéré que la méditation et le yoga contribuent à réduire l’anxiété.

Certaines personnes stressées privilégient la marche à pied - idéalement en plein air dans un endroit calme - pour se ressourcer. D’autres pratiquent une activité qui les détend, comme le dessin ou la lecture. Quel que soit le mode de relaxation privilégié, l’idée est de prendre un peu de temps pour soi afin de s’apaiser.

Enfin, il faut garder à l’esprit que le bien être du corps influe considérablement sur le mental : fatigue nerveuse, carences et sédentarité peuvent accentuer le stress.

Il est important d’avoir une alimentation saine et équilibrée, de dormir suffisamment et de pratiquer une activité sportive régulière - le sport étant un excellent moyen de se libérer de ses émotions négatives.

Vrai ou faux ?

Les ulcères à l’estomac sont provoqués par le stress.

FAUX. La plupart des ulcères à l’estomac dont causés par une bactérie (Helicobacter pylori) qui se multiplie dans l’intestin grêle et l’estomac. Brûlures d’estomac ou acidité trop importante peuvent aussi générer un ulcère. Toutefois, le stress est reconnu pour jouer un rôle dans les douleurs à l’estomac et aggraver un ulcère.

Le stress peut faire apparaître un bouton de fièvre.

VRAI. Le stress peut contribuer à la poussée d’herpès, que celui-ci soit buccal (bouton de fièvre) ou génital.

Le stress est à l’origine de l’hypertension artérielle.

FAUX. Si le stress peut provoquer une hypertension, la pression artérielle diminue une fois l’épisode de stress passé.

Réguler le stress n’empêche pas l’hypertension.

Publié le 21/06/2018

Revu par le Dr Sophie Albe-Ly le 21/06/2018