Pokémon™ GO et ses enjeux santé... ou esanté ?

Dans cet article

Lumière, marche, lien social. Quelles leçons tirer du jeu au succès planétaire ?

Pokemon go : des bienfaits pour la santé ?

Mi-juillet 2016, alors qu’il n’était pas lancé en France, on estimait déjà le nombre de téléchargements Pokemon™ Go aux Etats-unis entre 20 et 30 millions.

Ce jeu de réalité augmentée, accessible uniquement via une application mobile, qui consiste à attraper et à faire évoluer des Pokémons en se baladant, a de quoi faire pâlir les plus gros succès numériques jusqu’alors.

Ce qui change vraiment la donne, c’est que l’application fait sortir les joueurs de chez eux au lieu de les cloîtrer à la maison derrière un écran, comme le faisait déjà Ingress chez le même éditeur, mais l’ajout des personnages “Pokémon™” a permis de populariser le jeu et d’en faire un succès planétaire en attirant une autre population que celle des gamers. Ainsi, les Pokémons ne s’attrappent qu’en se baladant, il faut parfois marcher 10km pour faire éclore l’oeuf d’un Pokémon rare.

Devenu un phénomène de masse, le jeu a permis en quelques semaines de spéculer instantanément sur certains phénomènes de société. Parmi les bouleversements observés, des changements d’habitude dans la sédentarité et le lien social.

L’occasion pour nous de faire un point sur les bienfaits de la lumière sur notre corps, l’importance du lien social et de la marche.

Quels sont les bienfaits de la lumière sur notre corps ?

Régulation de l’horloge interne, meilleur sommeil et réduction des troubles de l’hyperactivité grâce à l’intensité lumineuse

La lumière permet à notre corps de réguler son horloge interne : lorsque les yeux perçoivent de la lumière, un signal est transmis au cerveau afin qu’il sécrète des hormones spécifiques qui vont permettre d’activer des fonctions de veille, de sommeil, de régulation de la température corporelle, etc.

Ainsi, l’épiphyse, une petite glande située au sein du cerveau, va sécréter ou non l’hormone du sommeil appelée “mélatonine” en fonction de l’intensité lumineuse reçue aux différentes heures de la journée. C’est ce qui explique pourquoi il est plus difficile de s’endormir tôt l’été, lorsque les jours rallongent : l’exposition lumineuse tardive retarde la production de mélatonine.

En permettant le bon fonctionnement de cette régulation biologique, la qualité du rythme de sommeil est améliorée et de fait, les capacités de concentration également.

En 2013, des chercheurs (1) ont mis en évidence que l’intensité lumineuse reçue pourrait influencer de manière significative la fréquence d’apparition de troubles d’hyperactivité, également appelés Troubles de Déficit de l’Attention / Hyperactivité (TDAH).

Ces recherches ont été menées suite au constat frappant mis en évidence sur les cartes suivantes : là où il y a le plus de soleil, les cas de TDAH sont beaucoup plus rares par habitant !

les bienfaits de la lumière

Etude de 2013 - Geographic variation in the prevalence of ADHD: The Sunny perspective.

La lumière est donc un important régulateur de votre horloge biologique, la qualité de votre rythme de sommeil en dépend !

Amélioration de l’humeur et du moral par la lumière

L’impact de la lumière sur notre moral a été mis en évidence dans les années 80, mais il a fallu attendre 2005 pour que la luminothérapie soit officiellement mise au programme des traitements contre la dépression saisonnière.

Parmi les signaux que notre corps envoie au cerveau lorsqu’il reçoit de la lumière, il y a la production de sérotonine. Ce neurotransmetteur agit dans la régulation de l’humeur, de l’appétit mais également du sommeil encore une fois. 

Si la baisse de sérotonine ne peut pas être seule tenue pour responsable de la dépression, on s’accorde en revanche quant à son impact favorable sur l’humeur et le sentiment de bien-être.

Un effet de l'exposition au soleil cette fois - et pas seulement à la lumière -, dont on a beaucoup parlé récemment est l'apport de vitamine D (via les UVB). Le temps nécessaire varie en fonction de chaque type de peau et il faut bien sûr éviter une exposition prolongée au soleil qui brûlerait la peau.

Toutes les lumières ont elles les mêmes effets sur la santé ?

En restant toute la journée devant un ordinateur, vous recevez de la lumière, alors pourquoi cela n’est-il pas suffisant pour bénéficier de toutes les effets ci-dessus ?

Eh bien parce que tous les types de lumière ne se valent pas. Ainsi, le corps fait la différence entre la couleur des différentes lumières. Par exemple, la lumière bleue, émise par l’ordinateur, ne favorise pas la concentration de la même manière qu’une lumière rouge. La lumière du jour est une lumière plutôt blanche, que l’on tend à reproduire lors des luminothérapies.

Quid des personnes malvoyantes ?

Quitte à faire le tour du sujet je dois avouer qu’en écrivant cet article, j’ai fini par me poser la question des personnes malvoyantes… Qu’en est-il de l’impact de la lumière sur les personnes qui ne peuvent pas la “voir” si les informations sont transmises des yeux au cerveau ? Les personnes aveugles sont-elles toujours dans la nuit ? Ont-elles du coup toujours envie de dormir ?

Une étude menée par des chercheurs du Brigham and Women's Hospital de Boston et de l'Université de Montréal a démontré que même les personnes totalement aveugles étaient sensibles à la lumière car capables de la percevoir, certainement grâce à un photorécepteur encore peu connu sous les couches ganglionnaires de la rétine. Ainsi, sans être capables de la “voir” c’est à dire de se la représenter, le corps est capable de déterminer s’il se trouve en présence de lumière et l’horloge interne est ajustée en fonction.

Quels sont les bienfaits du lien social ? Quels bénéfices pour la santé mentale ?

Puisque cet article trouve son origine dans l’impact de Polémon Go sur le quotidien des joueurs, il paraît important de rappeler que le jeu est à double tranchant et qu’il peut isoler des personnes qui n’avaient pas de difficultés sociales tout comme il peut certainement aider celles qui en avaient.

On voit toutefois en Pokemon™ Go des espoirs sur la santé mentale de personnes agoraphobes ou très introverties car le jeu leur offre une motivation apparemment assez puissante pour sortir et entrer en contact avec d’autres.

En focalisant leur attention sur le jeu, le cercle d’anxiété se brise puisque la foule et le monde extérieur ne sont plus au coeur du cercle qui fait croître l’angoisse : le joueur focalise son attention sur les Pokémons.

De la même manière, une personne timide aura un point commun tout trouvé avec un autre joueur de Pokémon™, rompant ainsi la barrière que peut représenter le premier sujet de conversation avec un inconnu.

Quels sont les bienfaits de la marche ?

30 minutes de marche rapide par jour pour l’INPES, 10 000 pas par jour pour l’OMS (soit une heure de marche à vitesse modérée), tels sont les besoins de notre corps adulte pour assurer un meilleur fonctionnement du coeur, des poumons, et réduire le risque de certaines maladies comme le diabète de type 2, qui peut être diminué de manière significative pour les personnes à risque, l’AVC, l’infarctus, le mauvais cholestérol...

Et plus on s’en occupe jeune, plus les bénéfices sont importants.

En marchant un minimum de 30 minutes par jour, les poumons deviennent plus endurants et résistants aux infections, la circulation sanguine est améliorée, et les bénéfices sur la santé sont certains mais attention : ce n’est pas non plus une performance sportive. Aussi ne faut-il pas en attendre une perte poids significative par exemple si la marche n’est pas associée à un régime alimentaire adapté.

La sédentarité est le quatrième facteur de mortalité dans le monde, derrière l’hypertension, le tabagisme et le diabète.

Au final Pokémon™ Go, recommandé ou pas pour la santé ?

D’un point de vue médical, on ne peut que conseiller tout ce qui favorise les activités physiques en extérieur. On n’en finira pas des faits divers Pokémon Go, qui visent à prouver qu’il faut ou ne faut pas jouer à Pokémon™ Go, relatant tantôt l’histoire d’une personne renversée à cause de son manque d’attention ou encore une entrée malheureuse dans une base militaire pour attraper un Pikachu.

Bien sûr, la nouveauté entraîne son lot de questions (données, usages…). Mais, on ne peut qu’encourager la pratique, avec modération et discernement, de ce qui peut amener à moins de sédentarité, surtout si le moyen utilisé peut permettre une modification durable des habitudes.

Car c’est bien là que Pokémon™ Go a mis une claque à l’univers de la santé connectée : l’application a su par le jeu entraîner un changement radical et massif des habitudes quotidiennes, là où les applications santé savent monitorer mais où beaucoup de progrès restent à faire sur la façon dont elles peuvent aider à améliorer certains comportements.

L’enjeu est de savoir si ces nouvelles habitudes pourront perdurer ou si elles devront toujours être artificiellement maintenues par d’autres jeux. En tous cas, force est de constater qu’on s’entretient mieux en s’amusant !