Rapports sexuels entre hétérosexuels, comment se protéger des IST ?

Malgré les campagnes de prévention, les IST (infections sexuellement transmissibles) sont encore très présentes. On observe même depuis quelques années un retour en force de certaines d’entre elles comme la Syphilis. Les IST sont des infections dues à des virus, des parasites, des bactéries ou des champignons et sont principalement transmises lors des rapports sexuels. Toutes les personnes ayant une activité sexuelle sont concernées par les IST, quelle que soit leur orientation sexuelle, même s’il y a des pratiques qui sont plus à risque que d’autres. Comment les éviter ? Quelles sont les précautions à prendre ?

Herpès génital, condylomes... Consultations médicales en ligne et sans rendez-vous pour le dépistage et le traitement des IST sur Zava par nos médecins habilités

Quels sont les moyens pour se protéger des IST dans une relation sexuelle hétérosexuelle ?

Pour les pratiques comme le cunnilingus ou l’anulingus :
Le risque de transmettre le VIH par cette voie est faible, cependant il y a un risque de transmission de l’herpès, de la syphilis, de l’hépatite B et du papillomavirus car il y a un risque de transmission entre les sécrétions vaginales/anales et d’éventuelles plaies dans la bouche. Pour vous protéger, utilisez donc une digue dentaire (carré de latex ou de polyuréthane à poser sur la vulve ou l’anus de son partenaire). Vous pouvez vous procurer une digue dentaire en pharmacie ou dans les sex shops ou en fabriquer une vous-même à partir d’un préservatif masculin ou de gants en latex (ou polyéthylène ou nitrile si vous êtes allergique au latex).
Pour les touchers vaginaux et anaux :
Utilisez des gants (latex, polyéthylène ou nitrile) si vous avez des plaies sur les doigts. En effet, il suffit d’un contact avec des plaies cutanées et un liquide contaminant comme le sang ou la cyprine (sécrétion vaginale) pour transmettre une infection. Utilisez un lubrifiant en complément afin de rendre cet acte plus agréable pour votre partenaire. Vous pouvez trouver les gants en pharmacie. Si vous passez d’un toucher anal à un toucher vaginal, changez de gants.
Pour la pénétration vaginale et anale :
Pour la pénétration vaginale, utilisez le préservatif masculin ou féminin. Si vous passez d’une pénétration anale à vaginale, changez de préservatif masculin. Pour la pénétration anale, utilisez le préservatif masculin. Si vous avez des rapports sexuels avec plusieurs partenaires en même temps, changez de préservatif avec chaque partenaire.
Pour les objets sexuels :
Utilisez des préservatifs masculins pour vos objets sexuels, que ce soit pour la pénétration vaginale ou anale. Il est important après utilisation de vos objets sexuels de les nettoyer avec du savon et de l’eau et de les désinfecter.

Y a-t-il des précautions supplémentaires à prendre ?

Des règles simples sont à respecter pour limiter les risques de transmission :

  • Se laver les mains avant de pénétrer votre partenaire avec les doigts et si vous passez d’un doigté anal à vaginal.
  • Afin de ne pas faciliter l’apparition de lésions dans la bouche, ne pas se brosser les dents juste avant ou après un rapport. Cela pourrait faciliter la transmission des infections lors d’une fellation, d’un cunnilingus ou d’un anulingus.
  • Ne pas avoir les ongles longs ou coupants afin de ne pas blesser votre partenaire
  • Pour les femmes, urinez après chaque rapport
  • Evitez les rapports pendant les règles
  • Faites vous régulièrement dépister pour toutes les IST y compris le VIH si vous avez plusieurs partenaires et à chaque fois que vous souhaitez arrêter le préservatif avec un nouveau partenaire régulier. Il faut rappeler que certaines IST ne causent pas de symptômes d’où l’importance d’un dépistage régulier
  • Si vous êtes dans une relation mono conjugale, que vous avez été infidèle et que vous ne vous êtes pas protégé(e), prenez les précautions nécessaires (faire un test) afin de ne pas contaminer votre partenaire

Si vous pensez avoir pris un risque, parlez-en à votre médecin ou gynécologue. Si vous ressentez de la gêne à en parler, vous pouvez aussi vous tourner vers un centre de dépistage anonyme et gratuit. La plupart des IST se soignent facilement si elles sont traitées à temps. Elles peuvent cependant entraîner des complications graves si elles sont traitées trop tard, d’où l’importance d’en parler rapidement et de pratiquer des dépistages réguliers.

Article publié le 17/07/2016
Revu par le Dr Sophie Albe-Ly le 05/07/2016

Herpès génital, condylomes... Consultations médicales en ligne et sans rendez-vous pour le dépistage et le traitement des IST sur Zava par nos médecins habilités