Rapports sexuels entre femmes, comment se protéger des IST ?

A ce jour, il y a relativement peu de prévention sexuelle mise en place pour informer sur les IST liées à des relations sexuelles entre femmes. Pourtant, les lesbiennes et bisexuelles sont tout autant exposées aux risques d’IST (infections sexuellement transmissibles) que les couples hétérosexuels. Comment peuvent-elles se protéger ? Quels sont les risques si elles ne le font pas ?

Les femmes doivent-elles se protéger ?

Chaque type de rapport (hétérosexuel ou homosexuel) présente des risques d’infections sexuellement transmissibles. Certaines pratiques sexuelles présentent toutefois plus de risques que d'autres mais les prises de risque ne sont pas liées à l'orientation sexuelle.
Il suffit qu’il y ait une porte d’entrée (les muqueuses du vagin/de l’anus et des plaies cutanées) et un liquide contaminant comme le sang ou la cyprine (sécrétion vaginale émise lors de l’excitation sexuelle) pour transmettre une infection.

Herpès génital, condylomes... Consultations médicales en ligne et sans rendez-vous pour le dépistage et le traitement des IST sur Zava par nos médecins habilités

Quels sont les moyens pour se protéger des IST entre femmes ?

  • La digue dentaire
    Pour les pratiques comme le cunnilingus ou l’anulingus, il y a un risque de transmission des infections entre les sécrétions vaginales/anales et de possibles lésions dans la bouche. Même si le risque de transmettre le VIH par cette voie est faible, il y a un risque d’herpès, de syphilis, de papillomavirus et d’hépatite B. Le moyen le plus simple de se protéger est la digue dentaire.
    Qu’est-ce qu’une digue dentaire ? Il s’agit d’un carré de latex ou de polyuréthane utilisé à l’origine par les chirurgiens-dentistes. Il suffit de poser la digue dentaire sur la vulve ou l’anus de son partenaire afin que la bouche ne soit pas en contact avec les sécrétions vaginales ou anales.
    Vous pouvez aussi fabriquer une digue dentaire vous-même à partir d’un préservatif masculin. Il suffit de couper le bout et la base du préservatif ainsi que dans le sens de sa longueur afin d’obtenir un rectangle. Vous pouvez ensuite poser le rectangle de latex sur la vulve ou l’anus de façon à ce que votre bouche ne soit pas sur le côté lubrifié du préservatif. Vous pouvez également utiliser des gants en latex pour fabriquer une digue dentaire. Une autre option est d’utiliser du cellophane destiné à l’emballage alimentaire mais il faut faire attention car ceux-ci sont parfois trop poreux (ceux à destination du micro-ondes par exemple).
    Où se procurer une digue dentaire ?
    Vous pouvez en trouver dans certaines pharmacies ou dans les sex shops mais elles sont rares et le prix reste cher (2 euros environ la digue dentaire).

  • Les gants en latex
    Afin d’éviter le contact avec la cyprine ou le sang, si vous avez des lésions sur les doigts, utilisez des gants en latex. Ils se trouvent en pharmacie à un prix très abordable. Il est important de changer de gants si vous passez d’un toucher anal à un toucher vaginal.
    Si toutefois votre partenaire ou vous-même avez une allergie au latex, il existe des gants en polyéthylène ou des gants en nitrile (non poudrés). Pensez à utilisez du lubrifiant afin que ce soit plus agréable pour votre partenaire.

  • Le préservatif masculin ou féminin
    Si vous utilisez des jouets sexuels avec votre partenaire, utilisez des préservatifs masculins pour les pénétrations vaginales et anales. Si vous passez d’une pénétration anale à vaginale, changez de préservatif. Vous pouvez également utiliser un préservatif féminin pour la pénétration vaginale. Pensez à nettoyer vos jouets sexuels après chaque utilisation avec de l’eau et du savon et désinfectez-les.

Quelles sont les précautions supplémentaires à prendre ?

  • Au-delà des moyens de protections existants, il y a des règles simples à respecter pour limiter les risques de transmission.

  • Pensez à vous laver les mains avant de pénétrer avec les doigts votre partenaire et si vous passer d’un doigté anal à vaginal (vous pouvez en revanche passer d’un doigté vaginal à anal sans vous laver les mains). Rincez-vous bien les mains et utilisez un savon au PH neutre afin de ne pas perturber la flore vaginale de votre partenaire.

  • Ne vous brossez pas les dents avant ou juste après un rapport. La brosse à dents peut créer des petites lésions dans les gencives, ce qui peut faciliter la transmission des infections lors d’un cunnilingus ou d’un anulingus.

  • Coupez-vous les ongles et limez-les afin de ne pas risquer de couper votre partenaire.

  • Evitez également le vernis à ongles qui est chimique et donc mauvais pour la flore vaginale.

  • Urinez après chaque rapport

  • Evitez les rapports pendant les règles, le sang étant un liquide contaminant

  • Quelle que soit leur orientation sexuelle, toutes les femmes doivent se rendre chez le gynécologue. Il est recommandé entre 25 et 65 ans de s’y rendre tous les trois ans (après avoir réalisé 2 tests normaux à 1 an d’intervalle). En cas de test anormal, ces recommandations sont à adapter.

Notez que dans bien des cas, les IST restent asymptomatiques, c'est pourquoi il est essentiel de pratiquer des dépistages réguliers. Parlez-en à votre médecin ou votre gynécologue si vous avez pris des risques. Vous pouvez vous tourner vers un centre de dépistage anonyme et gratuit si vous éprouvez de la gêne à en discuter avec votre médecin habituel.

Article publié le 09/06/2016
Revu par le Dr Sophie Albe-Ly le 06/06/2016

Herpès génital, condylomes... Consultations médicales en ligne et sans rendez-vous pour le dépistage et le traitement des IST sur Zava par nos médecins habilités