Médicaments moins chers pour les troubles de l’érection

Les médicaments pour traiter les troubles de l’érection représentent un budget important et ne sont pas remboursés par l’Assurance maladie. Des alternatives existent pour traiter les problèmes de dysfonction érectile pour les hommes qui financièrement ne peuvent pas acheter ces traitements mais veulent se soigner en toute sécurité.

Quels sont les traitements oraux pour traiter les troubles de l’érection ?

Il existe plusieurs traitements pour traiter les problèmes d’érection. Ces traitements n’ont pas les mêmes substances actives mais toutes ces substances actives font partie de la famille des inhibiteurs de phosphodiestérase de type 5 (PDE5).
Le sildénafil est le principe actif du Viagra®, le vardénafil celui Levitra®, le tadalafil celui du Cialis® et l’avanafil est celui du Spedra®.
Ces traitements agissent de la même manière, c’est-à-dire en en relâchant les muscles au niveau du pénis, ce qui favorise la circulation sanguine et donc l’érection. Cependant, ils diffèrent sur le délai d’action, la durée de l’effet, les dosages et les prix.

Existe-t-il des alternatives moins chères aux traitements des troubles de l’érection ?

Certains traitements des troubles de l’érection existent sous forme générique. En effet, il existe des génériques du Viagra® et du Cialis®. Les brevets du Viagra® et du Cialis®, développés respectivement par les laboratoires Pfizer® et Lilly®, sont tombés dans le domaine public en 2013 et 2017. Précisément, c’est la molécule de citrate de sildénafil et le tadalafil qui ne sont plus protégées par un brevet. Cela a donné lieu au développement de médicaments génériques qui sont apparus sous le nom de Sildénafil ou Tadalafil commercialisés par différents laboratoires.
Cependant, il n’existe pour l’instant pas générique du Levitra® ou du Spedra®.

Est-ce qu’un générique est aussi efficace ?

Un médicament générique doit contenir la même quantité de principe actif que son original. Il a les mêmes effets, la même forme pharmaceutique et la même fabrication. Cependant, la couleur, le goût et les excipients utilisés peuvent différer.
Pour obtenir son autorisation de mise sur le marché, le médicament doit prouver sa bioéquivalence avec le médicament d’origine. Les études de bioéquivalence vont s’assurer que la substance active entre le médicament générique et l’original sera identique. Si c’est le cas, cela signifie que le générique est aussi efficace que le médicament original.

Pourquoi sont-ils moins chers s’ils sont aussi efficaces ?

Étant donné qu’un générique se base sur une molécule existante, le laboratoire qui produit le générique n’a pas à payer les frais de recherches et développement. De plus, les médicaments génériques ne sont pas soumis aux mêmes procédures d’enregistrement, celles-ci sont simplifiées. Pour ces raisons, les génériques sont moins coûteux que le médicament d’origine.

Ai-je besoin d’une ordonnance pour obtenir un générique ?

Le Viagra®, son générique le Sildénafil, le Cialis®, le Spedra® et le Levitra® ne sont disponibles que sur ordonnance. Une consultation médicale est nécessaire afin de s’assurer que le médicament contre les troubles de l’érection n'interagit pas avec l’un de vos traitements éventuels et que vous ne présentez pas de contre-indications à la prise du traitement. Vous devez donc prendre rendez-vous chez votre médecin ou avoir recours à une consultation en ligne comme la pratiquent nos médecins chez Zava afin d’avoir une ordonnance pour l’un de ces médicaments qui vous permettra d'acheter votre traitement dans une pharmacie. En effet, l’achat de médicament en ligne est interdit par la loi, tout médicament doit obligatoirement être délivré par une pharmacie physique afin de s’assurer de sa composition et de sa provenance.

Vous pouvez consulter un médecin en ligne pour les troubles de l'érection. Nos médecins habilités consultent en toute discrétion, sans face-à-face et émettent une ordonnance à distance si nécessaire pour les troubles érectiles.

Article publié le 23/06/2017
Dernière mise à jour le 17/11/17
Article revu par le Dr Sophie Albe-Ly le 21/06/2017